Quelle pose choisir pour mon parquet ?

Quelle pose choisir pour mon parquet ?

Pour bien choisir le type de pose de votre parquet, découvrez les caractéristiques et avantages de la pose collée et de la pose flottante.

Trois types de pose se présentent pour le parquet : clouée, collée, flottante. Nous ne nous attarderons pas sur la pose clouée sur des lambourdes, réservée à des chantiers très spécifiques comme des sites classés ou des salles de danse et de sport.

ori-rafia 001

La pose collée, pour une stabilité remarquable

La pose collée remplace aujourd’hui avantageusement la pose clouée dans les cas où les exigences de confort, de stabilité et de durabilité sont élevées. Elle a l’avantage d’être plus rapide et moins complexe à mettre en œuvre que la pose clouée traditionnelle. En outre, elle rend possible la pose d’un parquet sur un sol chauffant ou chauffant-rafraîchissant, et dans une pièce humide comme une salle de bains – opération impossible avec un parquet cloué.

L’avantage de la pose collée est de solidariser pleinement le parquet avec son support, donc de stabiliser les lames et de les rendre moins sensibles aux variations de température et d’humidité. Les règles de mise en œuvre, détaillées dans le DTU 51.2, doivent évidemment être respectées.

La pose collée concerne les parquets massifs, usinés ou non avec des rainures et languettes. Néanmoins, les parquets contrecollés, qui se composent de 2 ou 3 couches de bois dont un parement en bois noble d’au moins 2,5 mm d’épaisseur, peuvent aussi être collés.

La pose flottante, facile et rapide

La pose flottante concerne les parquets contrecollés, dont les lames garnies de rainures et languettes s’emboîtentles unes dans les autres. C’est la pose la plus rapide, la plus facile et la plus couramment utilisée sur des chantiers sans exigence technique particulière : pièces de vie d’un logement, bureaux, locaux commerciaux… Les règles de mise en œuvre sont détaillées dans le DTU 51.11.

L’autre avantage de la pose flottante est de rendre le parquet moins sensible aux bruits d’impacts qu’avec une pose collée, car le parquet repose sur une sous-couche résiliente d’absorption acoustique. En revanche, la résonance dans une pièce est davantage atténuée avec une pose collée.

La pose flottante est proscrite dans une pièce humide, mais elle est possible sur un plancher chauffant, sous certaines conditions. Pour en savoir plus sur les conditions de compatibilité des parquets avec les sols chauffants et chauffants-rafraîchissants, consultez notre fiche technique. Elle n’est pas possible sur un sol chauffant-rafraîchissant.

Support et joints de dilatation

Dans tous les cas, le support (dalle ou chape de béton, plancher en bois…) doit être sain, propre et sec. S’il s’agit d’une chape neuve, les délais de séchage doivent être scrupuleusement respectés. Les lames de parquet doivent être stockées à l’abri de toute humidité. Les colles doivent également être réservées à une température supérieure à 10°C.

L’orientation des lames se prévoit à l’avance : celles-ci doivent être posées perpendiculairement à la paroi de la pièce qui fait entrer le plus grand éclairement naturel. Elles ne doivent pas être en contact direct avec les murs et cloisons afin de permettre au bois de se dilater et de se rétracter librement. Les plinthes cachent ces joints de dilatation indispensables.

Colle polyuréthane et spatule crantée

Les normes de la pose collée préconisent une pose collée en plein, et non au moyen de cordons de colle. Les colles polyuréthanes sont adaptées à tous les cas de figure. Elles s’appliquent à même le support à l’aide d’une spatule crantée, au fur et à mesure de la pose des lames, tous les mètres carrés afin qu’elles ne sèchent pas trop rapidement. Le temps de séchage, après l’achèvement complet de la pose du parquet, est de 7 jours minimum.

Joints de fractionnement et pare-vapeur

Dans le cas d’une pose flottante, des joints de fractionnement doivent être prévus entre deux pièces contiguës afin d’individualiser chaque surface de parquet. Un isolant pare-vapeur doit être remonté au droit des plinthes pour prévenir toute remontée d’humidité. La première lame s’installe sur un axe soit centré sur la porte d’accès à la pièce, soit parallèle au mur le plus long. Elle n’est pas collée, mais la rainure de la lame suivante est encollée d’un cordon de colle afin d’être solidarisée avec la languette de la première lame. Certains fabricants proposent des parquets à poser sans colle grâce à des systèmes d’emboîtement spécifiques : la pose doit être effectuée selon leurs propres règles à suivre.

Plus d’informations sur les parquets fabriqués en France, porteurs de la marque Parquets de France : www.parquetfrancais.org

Archives

MENU