Parquet huilé ou vitrifié : comment choisir la bonne finition de protection

Parquet huilé ou vitrifié : comment choisir la bonne finition de protection

Un parquet doit être huilé ou vitrifié pour se protéger des taches et de l’usure. Devenez incollable sur les finitions de protection pour choisir à coup sûr le meilleur produit pour votre parquet.

Huile ou vitrificateur, quelles différences ?

L’huile et le vernis (dit aussi vitrificateur) ont pour fonction de protéger le bois contre les taches et l’usure. L’une ou l’autre de ces protections est indispensable à la préservation, dans le temps, du bel aspect du bois.
Le vitrificateur forme un film étanche à la surface du bois.
L’huile imprègne les fibres du bois jusqu’à saturation, ce qui les protège de l’humidité et des poussières.

L’huile-cire, variante de l’huile, n’est autre qu’une huile associée, en un seul produit, à une cire afin de gagner en onctuosité tout en conservant la facilité d’application d’une huile.

Les avantages du vitrificateur

Le vitrificateur s’applique sur le parquet directement en usine, lors de sa fabrication, mais aussi après sa pose, ou bien après un ponçage de sa surface s’il s’agit d’un parquet ancien à rénover. Le vitrificateur est extrêmement résistant : en utilisation « familiale et domestique », on peut attendre aisément cinq à six ans avant d’entretenir le parquet pour la première fois avec un rénovateur, ce qui ne prend que quelques minutes. Seuls les parquets vitrifiés très sollicités – situés dans un lieu public, ou bien dans une pièce à proximité d’une terrasse gravillonnée, par exemple – demandent un entretien plus fréquent, mais toujours simple, aisé et rapide.

Les atouts de l’huile

Les parquets huilés sont tout aussi bien protégés. Leur entretien régulier, au bout d’un an après la pose, est d’une grande simplicité.
« L’immense avantage de l’huile est qu’elle offre une palette de choix décoratifs infinie, précise Vincent Lepais, Responsable Prescription au sein de Blanchon. Par exemple, l’huile-cire « Solid Oil » se décline en 41 nuances ! »

Un aspect brillant, satiné ou mat

Aujourd’hui, les vitrificateurs proposent des aspects tout aussi mats que les huiles. Le choix entre finition huilée et vernie ne se fait donc plus seulement en fonction de l’aspect désiré, mat, voire ultramat, quasi invisible (très recherché aujourd’hui) ou satiné, mais bien en tenant compte de la nuance, de l’aspect vieilli, délavé, etc.

Le grain et l’aspect du bois sont ainsi mieux préservés à l’œil nu, et la finition de protection, huile ou vernis, se fait oublier.

Quels produits préservent le mieux l’environnement ?

Il existe des vernis et des huiles en phase aqueuse, sans odeur, porteurs de l’Éco-label européen et classés A+ par l’AFFSSET(1). C’est le cas, par exemple, de l’Huile Environnement et du Vitrificateur Environnement de Blanchon. Ces deux produits sont certifiés pour accompagner la construction ou la rénovation d’un bâtiment dans une Démarche HQE® (Haute qualité environnementale). Ils possèdent un taux de composés organiques volatils (COV) extrêmement bas.

(1) Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail.

Nettoyer un parquet, mode d’emploi

Le parquet se dépoussière et se lave aussi facilement qu’un sol dur. L’aspirateur est recommandé, notamment dans le cas d’un parquet neuf chanfreiné ou d’un parquet ancien aux lames légèrement disjointes.

Le nettoyage d’un parquet s’effectue avec du savon naturel ou un produit d’entretien sans silicone, sans eau de javel, spécifiquement destiné aux parquets huilés ou vitrifiés. Le produit, prêt à l’emploi (en vaporisateur) ou à diluer dans l’eau, s’applique à l’aide d’un balai garni d’une tête en microfibre qui a l’avantage de se laver facilement au lave-linge. « Avec ce type de balai, explique Vincent Lepais, on peut aussi appliquer un shampooing cirant ou une huile d’entretien sans risque de surépaisseur. »

Le bon entretien d’un parquet vitrifié

L’entretien est à différencier du nettoyage courant. Il consiste à redonner aux lames leur aspect satiné ou mat de manière homogène, et à effacer les microrayures. Sur un parquet vitrifié, on applique un métallisant rénovateur, au bout de 4 à 6 ans en général, après la pose du parquet neuf. Le produit à l’eau s’applique en micro-couche : il sèche rapidement et sans odeur. Cette opération est, par la suite, à effectuer de nouveau une fois par an.

Bien entretenir un parquet huilé

Dans le cas d’un parquet huilé, l’huile d’entretien s’applique chaque année, dès un an après la pose du parquet. « Lors de la première imprégnation du bois, explique Vincent Lepais, la première couche d’huile imprègne le bois, et la deuxième le sature. L’entretien consiste à renouveler la couche de surface pour ré-homogénéiser l’imprégnation des fibres. » On applique une huile naturelle ou de couleur blanche ou gris clair selon la teinte de son parquet. Les huiles proposant un ton bois se destinent aux parquets foncés : bois exotiques, effets vieillis, essence foncée ou chêne teinté dès l’origine. L’huile Environnement, certifiée par l’Écolabel européen, s’applique sur n’importe quelle essence de bois, sans primaire. Elle a l’avantage esthétique d’éclaircir la teinte du chêne naturel.

Bien appliquer un vitrificateur

Sur un parquet existant, la finition de protection, huile ou vitrificateur, s’applique toujours après un ponçage de la surface et une aspiration des poussières.

Le vitrificateur s’applique en trois couches directes ou bien en deux couches sur un fond dur. Le fond dur séchant en seulement une heure, cette solution permet d’appliquer trois couches en une journée.

Un égrenage (ponçage léger) et une aspiration des poussières sont indispensables avant la deuxième et la troisième couche. On peut marcher sur le parquet avec précaution dès le lendemain de la dernière opération.

L’application d’une huile

Après ponçage et aspiration des poussières, l’huile offre deux possibilités.

Première solution, l’huile traditionnelle, sèche en quatre à six heures minimum, se lustre à la monobrosse entre chaque passe : ce travail demande une certaine dextérité. « Seule l’huile-cire « Solid Oil » peut être appliquée en une seule fois, précise Vincent Lepais, sauf dans les lieux recevant du public et sur les parquets de couleur foncée. »

Seconde solution, l’huile en phase aqueuse (« Huile Environnement » de Blanchon) sèche en une heure seulement, ne nécessite pas de lustrage, et s’applique en 3 couches au rouleau comme un vernis, ce qui diminue la durée du chantier.

Plus d’informations sur les parquets fabriqués en France, porteurs de la marque Parquets de France : www.parquetfrancais.org

Archives

MENU